Hématomes

 

Tous les muscles peuvent être le siège d'un hématome, mais les complications diffèrent selon le siège et le volume de celui-ci. Les hématomes volumineux peuvent entraîner une hypovolémie.

 

Hématomes intramusculaires, sans risque compressif

- Traitement substitutif à débuter le plus précocement possible, afin d'éviter l'extension de l'hématome.

- Immobilisation : gouttière, écharpe. Pas de plâtre ou de contention circulaire !.

- Vessie de glace.

Hématomes intramusculaires, avec risque compressif

- Hématome du psoas : se manifeste

- par des douleurs abdominales et/ou de la racine de la cuisse,

- un psoïtis (impossibilité d'allonger la cuisse)

La règle est de toujours considérer les douleurs des fosses iliaques liées à un hématome du psoas.

-Traitement substitutif PRECOCE, avant toute investigation.

              (risque d'extension de l'hématome et de compression du nerf crural ou d'un vaisseau sanguin)

- Immobilisation au lit.

- Surveillance de l'hémodynamique.

Les autres diagnostics possibles pourront être discutés, après l'instauration du traitement substitutif,

par échographie et/ou scanner.

D'autres hématomes peuvent être à l'origine d'une compression nerveuse et/ou vasculaire:

hématomes de - l'avant-bras (face interne)

- du creux axillaire,

- du creux poplité,

- du mollet

                            (ces 2 derniers peuvent amener un pied en équin)

Leur survenue doit conduire à la même attitude que pour l'hématome du psoas.

- Traitement substitutif PRECOCE, avant toute investigation.

  (risque d'extension de l'hématome et de compression nerveuse et/ou vasculaire)

- Immobilisation du membre concerné (de courte durée)