Ne pas faire – TRES IMPORTANT

 

- Ne pas faire un plâtre ou une contention circulaire d'immobilisation.

 

- Ne pas suturer une plaie

sans apport préalable du facteur de coagulation approprié.

 

- Ne pas attendre et se laisser tenter par le classique "déni de gravité"

- l'hémophile est le plus apte à dire qu'il débute une hémarthrose,

  une hémorragie intramusculaire profonde ou une hémorragie interne

  et à en ressentir les premières manifestations bien avant les signes cliniques.

- attention aux situations "traumatiques"

  pouvant augurer d'une complication hémorragique.

 

- Ne pas prescrire des médicaments pouvant interférer avec l'hémostase

ASPIRINE et dérivés  -  Eviter les anti-inflammatoires.

 

- Ne pas utiliser la voie intramusculaire

la voie sous cutanée est possible  -  région deltoïdienne avec pansement compressif

 

- Ne pas mècher une épistaxis avec du COTON

choisir des pansements qui se résorbent in situ type Sorbacel, Surgicel…

 

- Ne pas faire de l'homéopathie transfusionnelle

il faut transfuser des doses suffisantes à un rythme correct

voir la courbe de récupération du patient

 

- Lors d'un examen de contrôle Ne pas oublier de faire un pansement compressif

au niveau du point de ponction intraveineux : risque d'hématome des avant-bras

 

- Ne pas négliger les hémorragies bucco-dentaires

le caillot est friable et inefficace

 

- Ne pas ponctionner SYSTEMATIQUEMENT

(en tous cas, pas sans injection du facteur de coagulation)

a) UNE HEMARTHROSE

    les hémarthroses récentes et de gros volume (genou) et

    les hémarthroses douloureuses (compression) peuvent être ponctionnées sans hésiter

b) UN HEMATOME important (préférer le glaçage + substitution)

 

- Ne pas se précipiter vers une solution CHIRURGICALE

devant un syndrome abdominal douloureux

en première intention, préférer l'épreuve de la perfusion,

de toute manière il faudra apporter le facteur de coagulation manquant…